Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Communauté

Retour

01 juin 2017

Marcher pour contrer l’intimidation

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

SENSIBILISATION. Pour une quatrième année, les élèves de l’école Saint-Pie-X ont marché dans les rues de Papineauville afin de dénoncer l’intimidation.

Malgré que le trajet fût écourté en raison de la pluie, le Comité contre l’intimidation, qui est composé de six élèves de l’établissement scolaire, dresse un bilan positif de l’événement. Selon ces élèves de la 4e à la 6e année, qui ont mis en place diverses mesures pour contrer ce fléau, il y a de moins en moins d’actes d’intimidation dans leur école. «Avec tout ce qu’on fait, il commence à en avoir de plus en plus rarement», remarque Philippe qui a décidé de s’impliquer dans le comité, tout comme ses camarades, parce qu’il est tanné de voir de l’intimidation. «Je n’aime pas ça voir des personnes se faire blesser physiquement et verbalement, donc c’est pour ça que j’ai décidé d’embarquer dans le comité», précise-t-il.

Publicité

Défiler pour continuer

«Je n’aime pas ça la violence et l’intimidation et je me suis impliquée pour qu’il y ait plus de gens qui la dénoncent pour que ça arrête», mentionne Ophélie qui a déjà été victime d’intimidation, puisqu’elle mangeait ses crayons, en raison d’un problème d’anxiété. «Quand j’avais du stress, je mangeais mes objets pour me calmer […] Je me suis fait aussi intimider juste parce que je jouais avec des garçons», déplore-t-elle. «Je n’aime pas ça l’intimidation parce que ça fait vraiment de la peine quand ça arrive», remarque pour sa part Charlie. «L’intimidation c’est inutile parce que ça ne fait que faire du mal aux autres», ajoute Christophe. «Ça peut tuer des gens l’intimidation et il faut vraiment en parler», dénonce Xavier qui trouve triste de voir que des personnes se sont déjà enlevé la vie parce qu’elles se faisaient intimidées. «Je trouve important que tout le monde vive en harmonie et sans intimidation», explique Ariel.

Ça peut arriver que la personne qui se fait intimider soit timide, mais il ne faut pas hésiter à le dire à un adulte. Les témoins sont aussi très importants et ils doivent dénoncer ce qu’ils voient. --Charlie

Depuis la formation du comité en septembre, ce ne sont pas les idées qui ont manqués à ces jeunes pour dire «Non à l’intimidation». Un numéro de danse, des pancartes, des lettres géantes, une boîte pour dénoncer anonymement les actes d’intimidation, une journée du chandail et d’autres initiatives ont été réalisées par les élèves. «On avait plein d’autres idées et même trop d’idées», soulignent les élèves.

Les élèves étaient accompagnés par la TES France Doth, l’enseignante en maternelle Annie Pearson et la technicienne en service de garde Natalie Paquette au sein du comité. D’autres élèves prendront le flambeau en septembre prochain afin de trouver des nouvelles idées à implanter pour contrer l’intimidation. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média