Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Soccer

Retour

31 janvier 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Un jeune Fury foulera les terrains

SOCCER. Avec les départs de Rafael Alves et Romuald Peiser ainsi que la retraite pour Julian de Guzman, le vestiaire du Fury d'Ottawa vient de subir une cure de rajeunissement.

Des 17 joueurs sous contrat pour la prochaine saison, aucun ne dépasse la barre des 30 ans.

Et avec l'arrivée prochaine jusqu'à quatre anciens du FC Montréal, club-école de l'Impact, la moyenne d'âge risque de descendre encore.

Le doyen de la formation est Eddie Edward. Le défenseur ottavien soufflera ses 29 bougies en septembre seulement, devançant par quatre jours son coéquipier anglais Onua Obasi.

Reste à savoir qui sera le nouveau capitaine de l'équipe, qui se retrouve avec la même problématique qu'à pareille date l'an dernier.

Après avoir occupé le rôle pendant deux ans, Richie Ryan a cédé le brassard de capitaine à de Guzman. Ce dernier avait justement été préféré à Peiser et Alves, d'autres excellents choix pour assurer les tâches de leadership.

Les quotas, c'était un règlement de division 3. La USL est devenue la division 2 et il n'y a pas de tel règlement en division 2. Si c'est le cas, personne ne nous a dit qu'on avait un minimum de joueurs canadiens à respecter. On présume que ce sont les mêmes règlements qu'en NASL. -Paul Dalglish, entraîneur-chef du Fury

Voilà que les trois ne sont plus là.

Paul Dalglish n'est cependant aucunement stressé avec ce dossier.

«J'ai quelques noms en tête, mais je vais écouter ce que les joueurs veulent et aussi tout le monde de l'organisation. Car le capitaine ne représente pas seulement le club, mais l'organisation et la communauté.»

«Il sera probablement annoncé juste avant le début de la pré-saison», a ajouté le directeur technique du Fury qui attend dévoiler le nom des joueurs de l'Impact qui évolueront à Ottawa en 2017.

Pas de quota, ni de Tissot

La question a aussi été posée: qu'advient-il des quotas exigés pour les clubs canadiens en USL?

Rappelons que jusqu'à l'an dernier, une formation du Canada devait avoir au minimum six joueurs de nationalité canadienne sur le onze partant ainsi que la moitié de l'alignement.

Paul Dalglish n'a que cinq joueurs sur 17 qui ont leur passeport canadien. Le reste a sa citoyenneté américaine ou compte comme un joueur au statut international.

Il semblerait que le règlement des quotas n'est plus valide.

«Les quotas, c'était un règlement de division 3. La USL est devenue la division 2 et il n'y a pas de tel règlement en division 2. Si c'est le cas, personne ne nous a dit qu'on avait un minimum de joueurs canadiens à respecter. On présume que ce sont les mêmes règlements qu'en NASL.»

Les partisans devront faire leur deuil de voir Maxim Tissot porter à nouveau les couleurs du Fury d'Ottawa. Le gaucher d'Aylmer ne reviendra pas.

Et ce n'est pas par manque d'intérêt. Plus tôt cet hiver, l'ancien de l'Impact de Montréal est venu cogner à la porte de Dalglish afin de savoir s'il pouvait toujours avoir un poste dans son patelin. La réponse a été non.

«On aurait aimé l'avoir, mais ce ne sera pas possible. On se disait qu'il allait retourner en MLS. On a dépensé de l'argent pour signer d'autres joueurs. On a (Andrae) Campbell et Obasi qui peuvent jouer sur les flancs et même Eddie ou Jamar (Dixon). On ne pouvait pas se permettre d'attendre. On a dû aller de l'avant.»

Il ne faudrait cependant pas se surprendre de le voir revenir. Au lendemain de sa libération par Montréal, l'entraîneur-chef d'Ottawa avait également déclaré que le club d'Ottawa n'avait pas d'argent ou de place pour lui dans la formation. Deux semaines plus tard, les plans avaient changé.

Aux dernières nouvelles, le produit du FC Outaouais de 24 ans a été invité au camp du DC United, avec qui il avait tenté de percer l'alignement avant de rejoindre le Fury cet été.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média