Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Élection municipale

Retour

11 octobre 2017

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

Michel Dambremont vise la mairie de L’Ange-Gardien

©Photo collaboration spéciale

ÉLECTIONS. L’entrepreneur semi-retraité, Michel Dambremont, a officiellement déposé sa candidature à la mairie de L’Ange-Gardien en vue des élections du 5 novembre. 

Celui qui a été conseiller municipal de l’ancienne ville de Masson-Angers, commissaire à la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées (CSCV) et qui est entrepreneur en peinture depuis une trentaine d’années veut retourner à son ancien «amour», soit la politique en étant élu à la mairie de L’Ange-Gardien.  «La politique c’est une grande passion pour moi», admet M. Dambremont qui s’engage à être un maire «présent, à l’écoute et qui informe ses citoyens» s’il est élu.

Il trouve que les citoyens manquent d’information quant aux projets de la municipalité. «On dirait qu’on est encore un petit village et que c’est une secte fermée […] Quand on a un conseil qui adopte toujours des résolutions unanimement depuis quatre ans, c’est peut-être parce qu’il y a quelque chose qui ne va pas?», soulève-t-il en précisant que les élus devraient débattre davantage et être plus transparents, notamment, au sujet de Champboisé qu’il qualifie d’«éléphant blanc» pour la municipalité. «Il faudrait connaître la vraie vocation et les vrais coûts reliés à cet emplacement-là. On l’utilise seulement deux fois par année et ce sont des coûts énormes», estime-t-il en spécifiant que la municipalité n’est pas encore propriétaire de Champboisé.

S’il est élu, M. Dambremont aimerait voir la construction de nouvelles infrastructures à L’Ange-Gardien, entre autres, une résidence pour aînés, une station d’essence et une piste multifonctionnelle. «J’aimerais qu’elle puisse relier les deux rives, soit d’est en ouest», affirme-t-il en s’engageant à «contrôler les dépenses» pour garder les taxes à un taux raisonnable. «La municipalité est en pleine croissance et il faut être capable de profiter des opportunités que L’Ange-Gardien offre aux citoyens pour en attirer d’autres provenant d’ailleurs en profitant des augmentations des autres villes qui sont taxées plus cher que nous.»

Il y a Gatineau juste à côté, mais on peut se donner une identité nous aussi. -Michel Dambremont

Il aimerait également réévaluer l’entente entre la Ville de Gatineau et L’Ange-Gardien au niveau des loisirs pour voir si sa municipalité fait bien de débourser environ 400 000 $ par année pour celle-ci. «J’aimerais savoir combien de citoyens utilisent les services» indique-t-il afin de voir si cette dépense est justifiée. «Pourquoi est-ce qu’on ne pourrait pas avoir notre propre terrain de soccer ou notre propre équipe pour nous représenter? Il y a Gatineau juste à côté, mais on peut se donner une identité nous aussi», conclut-il.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média