Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Soccer

Retour

02 février 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Fanny Pelletier-Laroche choisit la Floride

SOCCER. Trente minutes. L'avenir de Fanny Pelletier-Laroche semblait tracé pour les quatre prochaines années. Quand elle a reçu le contrat de l'Université Fairleigh Dickinson, au New Jersey, elle devait le signer.

Devait, car une demi-heure plus tôt, ses plans venaient de changer.

Un courriel de son entraîneur l'a fait hésiter à apposer son nom en bas de la signature.

«Si j'avais reçu les papiers plus tôt ou si mon entraîneur m'avait appelé plus tard cette journée-là, j'aurais été au New Jersey», admet Fanny.

Pas parce que l'Université Fairleigh Dickinson n'était pas bonne. Au contraire. La Gatinoise de 17 ans avait adoré sa visite, le programme de génie civil allait bientôt être reconnu et l'équipe de soccer évolue en division 1 dans la NCAA et a déjà été classée dans le top 90.

Pourquoi ce revirement de situation?

Parce que son entraîneur au Centre national de haute-performance (CNHP) l'a contactée. L'Université de South Florida (USF) était intéressée par elle. Un recruteur, de passage pour les Championnats canadiens à la mi-novembre, avait décidé d'aller faire un tour, voir les jeunes du CNHP en action.

Chaque jeudi, les filles du programme se mesurent aux garçons de sport-études. Cette fois-ci, c'était contre un groupe des Laurentides.

«Tout le monde ignorait qu'il y avait un recruteur. J'étais surprise quand on m'a dit qu'il était intéressée à m'avoir dans son équipe», a mentionné l'ancienne attaquante convertie en défenseure centrale.

Mais quand j'ai vu les installations, j'ai eu le coup de cœur tout de suite. Là-bas, c'est du soccer extérieur toute l'année. Les terrains sont naturels et beaux. Je vais même avoir ma propre chambre dans un dortoir sur le campus. -Fanny Pelletier-Laroche

L'USF, c'est la cour des grands. En 2015, la formation de soccer a atteint le top 15 au pays. Quinzième sur 334 équipes. Et le programme académique en génie civil est déjà reconnu, ce qui pourrait permettre à Fanny d'entrer sur le marché du travail dès la fin de ses études, en 2021.

Les jours qui ont suivi, les membres de sa famille et Fanny ont multiplié les appels. On voulait arranger une visite le plus tôt possible en Floride et aussi prévenir l'entraîneur du New Jersey qu'elle mettait sa décision en attente.

«Mais quand j'ai vu les installations, j'ai eu le coup de cœur tout de suite. Là-bas, c'est du soccer extérieur toute l'année. Les terrains sont naturels et beaux. Je vais même avoir ma propre chambre dans un dortoir sur le campus.»

«C'est un peu le rêve américain, quoi», a lancé la capitaine de Lakeshore dans les rangs AAA, qui avait gagné les Nationaux en 2015 avec l'équipe de l'île de Montréal.

Plusieurs autres facteurs ont penché dans la balance. Non seulement le soccer, mais aussi l'aspect académique. Et le fait que son entraîneure sera Denise Schilte-Brown, ancienne canadienne de l'équipe nationale, qui depuis dix ans a monté l'un des meilleurs programmes aux États-Unis.

Et elle possède encore des contacts, qui pourraient s'avérer utile pour la jeune femme qui aspire à porter les couleurs de son pays.

Fanny a rapidement senti qu'elle était désirée par l'USF. N'étant pas prévue dans les plans au départ, on a fait des pieds et des mains pour l'avoir et réussir à planifier quelque chose pour les bourses.

Pour elle, tout arrive à point.

Depuis deux ans qu'on lui faisait miroiter d'évoluer aux États-Unis, mais rien ne fonctionnait. Puis, les offres sont arrivées. Et la meilleure est survenue à la dernière minute.

«Trente minutes plus tôt et j'aurais probablement signé avec Fairleigh-Dickinson. C'est une bonne leçon de vie pour moi. Ça me montre que je dois prendre mon temps et être sûre de prendre la bonne décision pour moi», a-t-elle souligné sagement.

Son déménagement au pays de l'oncle Sam est prévu pour le 1er août, mais ses plans pourraient basculer de quelques jours.

Si elle est choisie, Fanny Pelletier-Laroche représentera le Québec aux Jeux du Canada cet été à Winnipeg. La compétition nationale est du 28 juillet au 3 août pour le soccer féminin.

Elle devrait donc prendre un vol de Winnipeg jusqu'à Tampa Bay, si tout se déroule comme souhaité.

«Ça serait le scénario idéal. Je ne peux pas manquer les Jeux du Canada. »

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média