Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Jeux du Québec

Retour

23 février 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Mathieu Goyette portera le drapeau de l'Outaouais

JEUX DU QUÉBEC. En 2015, Mathieu Goyette aurait pu se retrouver avec l'or au cou. Au final, il a plutôt vu deux de ses coéquipiers du club Masque de fer monter sur la plus haute marche du podium.

À sa première expérience aux Jeux du Québec, l'épéiste gatinois était nerveux et excité, mais surtout nerveux, se rappelle le principal intéressé.

Parmi les plus jeunes à l'époque, Mathieu avait fini au milieu du peloton à l'épreuve individuelle, soit 21e sur 39 athlètes en escrime. Il se disait qu'il aurait la chance de se reprendre lors de l'étape par équipe.

Mais il y a eu un quiproquo. Au lieu d'être les deux meilleurs résultats de la finale régionale, les équipes étaient formées selon les pointages obtenus en individuel aux Jeux à Drummondville.

Le cahier de charge des Jeux ne faisait pas mention de ce nouveau règlement, mais celui-ci avait été accepté par le comité.

Découragé? Du tout.

«C'était ma première fois aux Jeux. Je savais que j'aurais une deuxième chance. J'étais déjà content d'être là et aussi pour mon coéquipier. Il avait mieux tiré que moi, il méritait sa place.»

«Ç'aurait pu être moi et j'aurais aimé ça l'avoir, mais ils ont gagné l'or et la médaille leur revient amplement», a ajouté l'athlète de 14 ans, bon joueur.

Son attitude est exemplaire, selon son maître d'armes Olivier Tyteca. Ce n'est pas pour rien que son protégé a été désigné comme porte-drapeau pour la cérémonie d'ouverture de la 52e finale des Jeux du Québec, à Alma. 

J'ai toujours aimé l'escrime depuis que j'ai eu la piqure. Chaque soir, quand je viens pratiquer, j'ai toujours cette adrénaline de donner le meilleur de moi-même. -Mathieu Goyette, 14 ans

Les résultats ont bien sûr aussi penché dans la balance, lui qui se retrouve à être l'un des meilleurs à travers la province. Surtout qu'il impressionne par son style non-conventionnel. Étant plus petit que la grande majorité des épéistes, Mathieu se démarque par son explosion et son agilité.

Mais on a rarement vu un tel dévouement chez un athlète.

Il faut comprendre que Mathieu fait une heure et demie de route pour s'entraîner. L'élève du Séminaire Sacré-Cœur doit partir de Montebello afin de se rendre à la polyvalente Nicolas-Gatineau, là où le club du Masque de fer s'entraîne.

«J'ai toujours aimé l'escrime depuis que j'ai eu la piqure. Chaque soir, quand je viens pratiquer, j'ai toujours cette adrénaline de donner le meilleur de moi-même.»

Et sauter un entraînement? Ça serait facile avec le long trajet passé en voiture pour le vice-champion québécois en titre de rater une séance de temps en temps.

«Non, pas une fois je me suis dit que je n'irais pas à l'entraînement, car ça ne me tente pas. Je veux toujours y aller», a lancé d'un ton enthousiasme le vainqueur du tournoi à Brockport, à New York, à l'automne dernier.

S'il y a deux ans, Mathieu a voulu apprécier sa première expérience aux Jeux du Québec avec la cérémonie d'ouverture et les activités offertes, cette fois-ci, il aura un peu plus l'esprit compétitif.

«Je veux faire un meilleur résultat. Et j'aimerais ça être de l'épreuve par équipe. Je vais tout donner pour que ça arrive, car c'est ma dernière année aux Jeux.»

Bien qu'il soit parmi les meilleurs au Québec, certains de ses coéquipiers poussent dans le dos. Nicolas Bourgeois, qui a gagné une étape du circuit des jeunes cette saison, est dans le top 5. Attila Pacyna et Joshua Nantel ne sont pas trop loin non plus.

Un heureux problème pour Olivier Tyteca. Ce ne sont pas les candidats de choix qui manqueront pour l'entraîneur de la délégation bleue et or.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média