Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Jeux du Québec

Retour

27 février 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Plus qu'une histoire de médailles

RÉSULTAT. On parle souvent des athlètes qui ont gagné des médailles ou de leurs honneurs empochés aux Jeux du Québec, mais ils font partie d'une minorité.

Car l'essence même de la compétition provinciale la plus attendue chez les adolescents se retrouve dans la joie et la complicité entre les sportifs. Tant dans les encouragements criés dans les estrades que dans le parcours de certains athlètes qui passeront sous silence puisqu'ils ne sont pas montés sur le podium.

En 2015, Martin Bédard dirigeait l'équipe de hockey féminin. Il fallait regarder au bas du classement pour retrouver les représentants outaouaises.

Deux ans plus tard, il faut lever la tête beaucoup plus pour les apercevoir. Après avoir perdu contre les puissantes hockeyeuses du Centre-du-Québec la veille, les filles ont subi un revers de 4 à 3 en tirs de barrage, finissant au 6e rang.

«On a tiré de l'arrière deux fois pour finalement prendre les devants. On menait et le Centre-du-Québec a marqué le but égalisateur avec 2,2 secondes au cadran. C'est crève-cœur», a mentionné le pilote gatinois.

Bédard prend toutefois du recul. Qui aurait osé parier que l'Outaouais finira dans la première moitié du tableau? Surtout qu'après la ronde préliminaire, les joueuses de la région avaient la meilleure fiche.

«C'est ce que j'ai dit aux filles. Il faut être fier du chemin parcouru. Beaucoup de responsables sont venus nous voir pour nous féliciter et nous dire qu'on avait un bon programme. Dans d'autres équipes, il y avait des filles midget AA et AAA. On a été capable de rivaliser avec elles. Je ne peux pas en demander plus à mes filles.»

Martin Bédard peut dire mission accomplie. Au printemps avec son personnel d'entraîneurs, il avait lancé le projet de bâtir une équipe qui serait ensemble à temps-plein pendant une année complète. À peine 12 mois plus tard, on peut voir que le projet a porté ses fruits.

Il faut être fier du chemin parcouru. Beaucoup de responsables sont venus nous voir pour nous féliciter et nous dire qu'on avait un bon programme. Dans d'autres équipes, il y avait des filles midget AA et AAA. On a été capable de rivaliser avec elles. Je ne peux pas en demander plus à mes filles. -Martin Bédard, entraîneur de hockey féminin

L'entraîneur croit d'ailleurs que ce passage aux Jeux du Québec sera un tremplin pour la suite de la saison. Sa formation s'attaquera d'ailleurs aux séries éliminatoires la semaine prochaine…face au Centre-du-Québec justement.

De la 30e place à une chance de médailles

Sabrina Lafontaine est revenue de loin. Il y a deux ans, la patineuse artistique prenait part à ses premiers Jeux. Le résultat?

«J'avais mal patiné», a commenté la jeune fille de 14 ans qui avait fini 30e.

À Alma, elle s'est surpassée. Étant parmi les premières à passer, son pointage de 28,85 a été celui à battre chez les juvéniles C.

La protégée du club de Masson-Angers a dû attendre jusqu'à la toute fin pour savoir si elle avait sa place sur le podium ou non. Une erreur de la webdiffusion la plaçait au troisième rang alors qu'elle croyait avoir entendu la représentante de l'Abitibi-Témiscamingue la dépasser.

Au final, le scénario rêvé ne s'est pas produit, elle qui a terminé 4e à seulement 0,76 point de la médaille de bronze.

«On entendait mal au micro, donc c'était difficile à savoir. J'aurais pu mieux patiner, car j'ai fait deux erreurs, mais je suis satisfaite. Avant les Jeux, je visais un top 10 et j'ai fini dans les cinq premières», a expliqué Sabrina qui fait de la compétition depuis huit ans.

L'adolescente à la polyvalente de Nicolas-Gatineau pourrait avoir la mine basse, mais à la place, elle voit ce résultat d'un bon œil: elle a eu le droit à une deuxième chance aux Jeux du Québec.

Plateau des 40 médailles

Reste que l'Outaouais a tout de même amélioré son sort lors de la troisième journée d'activités des Jeux, atteignant les 38 médailles. Et encore une fois, les gymnastes et les skieurs y sont pour quelque chose.

Emmanuelle Lalonde et Sophie Shaver ont empilé les médailles. Les gymnastes de la classe Excellence ont ensemble accumulé sept médailles (un d'or, trois d'argent et autant de bronze).

Sur les sentiers, la délégation bleue et or a brillé dans la moitié des courses présentées en style classique. Sienna Brennan-Raab (cinq kilomètres, moins de 12 ans), Nicolas Syrros (7,5 kilomètres, moins de 13 ans) et Magalie Daoust (7,5 kilomètres, moins de 14 ans) ont décroché l'or.

En escrime, Mathieu Goyette a bien positionné la région. Le porte-drapeau de l'Outaouais s'est qualifié pour la finale aux épreuves individuelles et en équipe avec son coéquipier Nicholas Bourgeois. Ce dernier a pour sa part été éliminé en demi-finale. Tout comme Ariane Poirier, il recevra sa médaille de bronze mardi.

C'est donc dire que la région est déjà assurée de quatre podiums et dépassera ainsi la barre des 40 médailles. Rappelons qu'en 2015 à Drummondville, on en avait récolté 51.

Au curling, l'équipe masculine tentera de monter sur le podium, elle qui sera en action pour la médaille de bronze. Le quatuor s'est incliné en demi-finale par la marque de 10 à 3 face à la région du Saguenay-Lac Saint-Jean.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média