Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Baseball

Retour

24 mars 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Grande-Rivière frappe et court

BASEBALL. Ça joue à la balle à l'école secondaire Grande-Rivière et pas seulement dans la cour de récréation.

Un projet-pilote prend forme à l'établissement scolaire du secteur d'Aylmer avec la mise sur pied d'une équipe de baseball qui vient s'ajouter à l'arsenal de sports offerts chez les Cyclones.

Il faut dire que tout s'est fait à la vitesse grand V. Des élèves ont fait la demande d'avoir une équipe de balles au début du mois de décembre. On n'a pas attendu longtemps et avant Noël, on avait déjà quitté la planche à dessins pour commencer les entraînements.

Une fois par semaine, une quarantaine de jeunes – séparés en deux groupes d'âges – s'entraîne sous la supervision de Michel Landriault.

Ce dernier, qui porte déjà les chapeaux de gérant du Hull-Volant junior élite de Gatineau ainsi que de l'Académie de baseball de l'Outaouais, en aura un troisième. Ou plutôt une troisième casquette aux couleurs vertes.

«Ç'a toujours été un désir, un rêve pour moi de pouvoir monter un programme scolaire de baseball. Et ça n'entre pas dans un conflit d'horaire avec l'Académie ou le HV. En fait, on a même l'appui du Hull-Volant pour ce projet.»

«Après avoir été approché par Marco, j'ai dit oui. Et on a vu que le projet a été bien accueilli dans l'ouest de Gatineau. Les gens sont en faveur», a ajouté M. Landriault.

Marco, c'est Marco Paquet, un intervenant en prévention de la violence et intimidation ainsi qu'en prévention de la toxicomanie à Grande-Rivière. 

En quelques semaines, on a réussi à attirer une quarantaine de jeunes. On voit que le besoin est présent et l'intérêt aussi. Il y a pour le moment un entraînement par semaine, mais on s'attend à avoir une meilleure plage horaire à compter de septembre. -Marco Paquet

Pour lui, une équipe de baseball est idéale sur plusieurs points: développement du sentiment d'appartenance, augmentation de l'estime de soi et en faveur des bonnes habitudes de vie. Surtout que les coûts sont moindres, affirme M. Paquet.

Mais aussi, ça rentre dans son mandat d'intervenant. En tenant les élèves occupés avec un sport, ça les tient loin des mauvaises influences.

Et Marco Paquet a travaillé d'arrache-pied pour que le projet-pilote parascolaire, qui a de grandes aspirations, prenne vie avant la fin de l'année scolaire. Il a dû gratter à gauche et à droite pour obtenir des plages horaires pour les élèves intéressés.

«En quelques semaines, on a réussi à attirer une quarantaine de jeunes. On voit que le besoin est présent et l'intérêt aussi. Il y a pour le moment un entraînement par semaine, mais on s'attend à avoir une meilleure plage horaire à compter de septembre.»

Une fois la neige partie, ce sera place aux entraînements au parc Aydelu où on espère pouvoir tenir quelques matchs intrascolaires.

Les écoles d'Arcy Mcgee et Philemon-Wright ont contacté Grande-Rivière pour faire savoir leur intérêt. Idem pour Mont-Bleu. Et il y a déjà des parties prévues contre les jeunes du programme sport-études de la polyvalente Nicolas-Gatineau au complexe Branchaud-Brière.

Pour MM. Paquet et Landriault, on aimerait bien partir une ligue de baseball qui roulerait l'automne, de septembre à novembre, puis au printemps, de mai jusqu'à la fin des classes avant que les jeunes retournent à leur équipe civile. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média