Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Jeux du Québec

Retour

05 mars 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

L'Outaouais a cartonné à Alma

RÉSULTAT. À sa première expérience comme chef de mission de l'Outaouais ou même aux Jeux du Québec, Danny Boivin aura de la difficulté à trouver du négatif.

La délégation bleue et or a non seulement ramené plus de médailles qu'il y a deux ans avec sa récolte de 52 podiums (12 or, 18 argent et 22 bronze), elle est aussi revenue dans la région avec un trophée et un drapeau supplémentaire.

La gymnastique aura été le fer de lance avec 24 honneurs, ce qui a permis à l'Outaouais de finir au quatrième rang du classement des médailles, derrière la Rive-Sud (87), Montréal (65) et les Laurentides (54) à cette finale hivernale tenue à Alma.

S'en suit ensuite l'escrime, le ski de fond, la nage synchronisée et le judo qui auront quant à eux maintenu la cadence des années antérieures.

Parlant de judo, c'est d'ailleurs Félix-Olivier Bertrand qui a obtenu le rôle de porte-drapeau pour la cérémonie de clôture des Jeux du Québec. L'épéiste Mathieu Goyette avait défilé en premier pour l'ouverture de la 52e finale provinciale.

Mission accomplie, a déclaré le chef de mission de l'Outaouais.

«On est arrivé là sans objectif, sans pression avec une mentalité de plaisir. La Coupe et le drapeau qu'on a gagnés, ce sont des cadeaux, des petits bonbons pour les athlètes.»

«En gymnastique, on a obtenu des résultats surprenants. Même les entraîneurs n'en revenaient pas des performances. Ils sont une jeune gang et seront à surveiller», a-t-il ajouté.

L'Outaouais a à nouveau décroché la Coupe CAO, une compétition amicale qui dure depuis onze ans avec les représentants de Chaudières-Appalaches. 

En plus, on était un à côté de l'autre dans la salle de mission. Chaque jour, on regardait le tableau et c'était serré. Ça s'est joué à la toute fin. -Danny Boivin, chef de mission de l'Outaouais

Les deux régions partageant les mêmes couleurs se livrent une opposition afin de déterminer laquelle des deux est la meilleure, donnant des points pour les médailles, les bannières d'esprit sportif, le classement général et les affrontements entre elles.

La fiche depuis les débuts en 2007? Six à quatre pour l'Outaouais ainsi qu'une égalité en 2016.

«En plus, on était un à côté de l'autre dans la salle de mission. Chaque jour, on regardait le tableau et c'était serré. Ça s'est joué à la toute fin», a mentionné Danny Boivin.

Puis, le drapeau en question? Celle de la région la plus améliorée aux Jeux, qui ne tient pas seulement compte des médailles, mais aussi des autres positions telles que les 4e, 5e, 6e, etc.

En comparant à 2015, elle a obtenu 31 points de plus, soit le plus haut pointage parmi ses consoeurs.

Rappelons que le record est chiffré à 65 médailles pour l'Outaouais (inscrit en 2014 à Longueuil). Pour les Jeux d'hiver, c'est seulement une de moins, réalisée il y a huit ans alors que les municipalités de Blainville, Rosemère et Ste-Thérèse présentaient la compétition provinciale.

Coup de cœur du chef de mission

Mais au-delà des médailles, des podiums, des titres empochés, Danny Boivin a chéri un moment plus que les autres.

C'était avec le tennis de table. Francis Patry, l'un des pongistes, a été forcé de déclarer forfait à la première journée de compétition en raison de problèmes de santé. Une fois remis sur pied, l'adolescent a pu réintégrer les Jeux au grand plaisir de ses équipiers.

«C'était un moment de joie global. Quand il a obtenu le go médical, ç'a été la folie par rapport à son équipe. Ils étaient heureux de le voir revenir», a déclaré Boivin faisant un lien avec l'esprit de complicité des Jeux du Québec.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média