Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Football

Retour

07 avril 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Jazon Lauzon-Séguin n'est pas rassasié

FOOTBALL. Le temps de deux petites heures, Jason Lauzon-Séguin a changé d'alma mater.

Vendredi après-midi, le choix de premier tour au repêchage 2016 du Rouge et Noir d'Ottawa portait un chandail à l'effigie des Griffons du Cégep de l'Outaouais. Cet ancien Noir et Or du Cégep de Valleyfield qui a souvent affronté la formation outaouaise en division 3 n'a cependant pas renié son allégeance.

Il était là dans le cadre d'une activité organisée par des étudiants de l'établissement collégial, une clinique pour les jeunes joueurs de football au secondaire. Il s'est surtout attardé à donner des conseils aux joueurs de ligne offensive.

Comment placer ses mains, les pieds en mouvement, etc.

C'était le temps de tourner la page. Si on veut la gagner à nouveau, on ne peut rester sur la même vague. Il faut recommencer. On veut tous passer une autre journée avec la Coupe Grey. -Jason Lauzon-Séguin

Et il sait de quoi il parle. Cet été, Rick Campbell a pu l'employer à quasiment toutes les sauces sur la ligne offensive. Comme un couteau-suisse, il s'est retrouvé autant fiable comme garde que plaqueur, tant sur le flanc gauche que le côté droit.

«Il y a seulement la position de centre que je n'ai pas encore touchée. En fait, je n'ai jamais eu l'opportunité de jouer centre», a fait remarquer Lauzon-Séguin qui arborait fièrement une casquette aux couleurs des champions de la Coupe Grey.

Une année 2016 remplie pour le Franco-Ontarien de 26 ans, qui a grandi à Pointe-Claire.

Que ce soit par sa sélection par le Rouge et Noir en mai, le camp d'entraînement le mois suivant ou encore ses débuts chez les professionnels, jamais il n'aurait pensé connaître du succès sur le plan individuel si rapidement.

L'ancien du Rouge et Or de l'Université Laval a non seulement soulevé le précieux trophée canadien, il a pu contribuer de manière importante, étant partant en finale face aux Stampeders de Calgary.

«Plusieurs joueurs m'ont fait remarquer que ça faisait des années qu'ils tentaient de la gagner. C'était leur troisième, voire même quatrième participation en finale, mais ils ne l'avaient jamais remportée. Je suis conscient de la chance que j'ai eue que ça arrive dès ma première saison.»

Lauzon-Séguin était sur un nuage pendant plusieurs semaines jusqu'au 28 janvier, où il a pu passer 24 heures en compagnie de la Coupe, l'invitant lors d'un banquet à Valleyfield.

La boucle était bouclée à ses yeux. C'était le temps de se remettre au travail.

«C'était le temps de tourner la page. Si on veut la gagner à nouveau, on ne peut rester sur la même vague. Il faut recommencer. On veut tous passer une journée avec la Coupe Grey», a lancé le grand gaillard de 6'4 et 300 lbs.

Et 24 heures, ce n'est rien, a souligné Jason Lauzon-Séguin, rappelant que ce n'était qu'une fraction de seconde dans la vie d'un joueur de football, qui passe des heures et des heures à s'entraîner pour mettre la main sur le Saint-Graal du football canadien.

Surtout qu'il devra faire ses preuves au camp. C'est un nouveau chapitre pour tout le monde.

Sa polyvalence pourrait le mener à se trouver un poste dès le coup d'envoi de la prochaine campagne qui connaîtra son dénouement dans la capitale alors que le parc Lansdowne accueillera la finale de la Ligue canadienne de football.

Et pour ça, Lauzon-Séguin veut faire partie encore une fois du succès du Rouge et Noir.

Les places ne seront pas nombreuses. Sir Vincent Rogers et Jon Gott occuperont les rôles de garde à gauche et de joueur de centre. Nolan MacMillan devrait combler l'un des cinq postes. Et on avance que le rôle de garde à droite serait rempli par un joueur américain.

Mais avec le départ de J'Michael Deane pour les Argonauts de Toronto, une porte s'est ouverte sur la ligne offensive.

Si on se fie à l'an dernier, Lauzon-Séguin sera dans une lutte avec Alex Mateas, premier joueur repêché en 2015 et Matthew Albright, qui en sera à sa cinquième saison dans le circuit Orridge.

À ça, pourraient s'ajouter les noms des recrues Kyle Fraser-Audit et Randy Beardy, sans oublier l'ajout potentiel de joueurs sélectionnés en mai lors du prochain encan dans la LCF. 

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média