Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Justice

Retour

19 juin 2017

Ismaël Habib coupable de terrorisme

L’ex-Gatinois Ismaël Habib a été reconnu coupable lundi après-midi au palais de justice de Montréal d’avoir voulu quitter le Canada dans le but de se joindre à une organisation terroriste.

Il devient ainsi le premier adulte Canadien à être condamné à la suite d’un procès en vertu de la loi sur la lutte contre le terrorisme implantée en 2013 par le gouvernement conservateur de Stephen Harper dans la foulée des attentats du marathon de Boston.

Croyant œuvrer pour une organisation de falsification de passeports et de passeurs, Habib, 29 ans, a confié à l’un des nombreux agents d’infiltration de la GRC impliqués dans la vaste opération policière son désir de se rendre en Syrie pour combattre aux côtés du groupe armé État islamique.

La police fédérale l’avait à l’œil depuis déjà longtemps.

Plus tôt, en 2013, il a séjourné en Syrie avec des groupes djihadistes.

Selon sa version – que le juge Serge Delisle de la Cour supérieure n’a pas retenue –, l’accusé souhaitait se rendre au Proche-Orient dans l’unique but de rejoindre sa femme et ses deux enfants.

Il s’expose maintenant à une peine maximale d’emprisonnement de 10 ans.

Violence conjugale

En parallèle de cet important procès tenu dans la métropole, Habib est inculpé de violence conjugale à Gatineau.

Il aurait fait vivre de durs moments à une Gatinoise rencontrée via un site de rencontres à l’hiver 2016.

Dès les premières semaines de fréquentation, celui qui résidait à Montréal avant de s’amener en Outaouais aurait entre autres demandé à la jeune femme de se voiler pour revenir «dans le droit chemin» et d’abandonner son emploi puisqu’il concevait difficilement qu’elle soit mixée à d’autres hommes.

Le tout s’est envenimé lorsque la présumée victime a fait connaître à Habib son désaccord vis-à-vis les vidéos morbides, de décapitation, qu’il visionnait sur Internet.

«Dans son quotidien, il visionnait des vidéos de l’État islamique, de gens tués à genoux à la vue de tout le monde. La chicane a pris parce que je ne voulais pas qu’il nous impose ça à mon fils et moi. Je pouvais être en train de faire quelque chose et il partait une vidéo sur la télévision», a relaté la plaignante, le 29 mai dernier, au palais de justice de Gatineau.

La situation a pris une tournure davantage inquiétante le 26 février, lorsqu’Habib aurait menacé de mort sa compagne. Ce soir-là, il lui aurait lancé: «Si tu penses me dénoncer un jour, je vais mettre une bombe dans ton char».

Prise de peur, la femme s’est aussitôt présentée au poste de police pour porter plainte.  

L’homme a été arrêté dans les heures qui ont suivi. Il est incarcéré depuis.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média