Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

20 août 2017

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

Un festival «tricoté serré»

FIBRE. Le Festival de la fibre Twist a connu sa meilleure édition à ce jour, du 19 au 20 août, à Saint-André-Avellin.

C’est ce qu’ont affirmé les organisateurs de l’événement qui se déroulait autant à l’intérieur qu’à l’extérieur du Complexe Whissell. «On est dépassés par notre succès. C’est notre plus grosse édition en six ans. Il y a eu plus de monde qu’on l’espérait et on est très satisfaits», lance la directrice artistique du festival, Marie-Anne Adam. Heureusement que les organisateurs avaient pris la décision de doubler la superficie du site dans le but d’accueillir plus de 23 000 festivaliers pour cette 6e édition de Twist. Cette année, les visiteurs pouvaient assister à des démonstrations de rassemblement d'un troupeau de moutons par des chiens de berger pour la première fois dans le cadre de l’événement. Cette activité a «vraiment piqué la curiosité» des festivaliers, tout comme plusieurs autres ateliers sur place dont le brunch «réseaux sociaux» en compagnie de podcasters. Avant ses deux journées principales, le Festival Twist offrait aussi divers ateliers, durant la semaine, auquels les participants devaient s’inscrire à l’avance. Plus de 350 personnes y ont pris part. «La réponse a été au-delà de nos attentes encore», informe la directrice artistique.

Sur place, en plus de voir du tricot un peu partout, dont sur la billetterie et un tracteur, on pouvait y voir des passionnés provenant de divers endroits, entre autres, du Québec, de l’Ontario, de la Nouvelle-Écosse, du Nouveau-Brunswick, des États-Unis, de la France et de la Suisse. Selon les organisateurs, les gens sont de plus en plus nombreux à faire la route pour venir au festival afin de se procurer des aguilles, des crochets, du fil de laine ou des produits artisanaux à base de fibres. Ils viennent également afin «de tisser des liens et de tricoter avec des milliers de passionnés», selon la fondatrice de Twist, Amélie Blanchard, qui avait mentionné cela à quelques jours de l’événement. C’est également la raison qu’ont mentionné les participantes, et quelques participants, rencontrés sur place.

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

«Ce que j’aime du festival c’est que je retrouve toute ma tribu qui travaille dans le même milieu que moi. On prend des nouvelles de chacun, on partage nos passions et on solidifie et tisse des amitiés», confie la propriétaire de La Maison Tricotée, Céline Barbeau. «Ici, on sent que c’est ce moment-là où les femmes laissent leur mari à la maison et partent entre filles pour le week-end pour avoir un moment à elles pour se faire plaisir. C’est une sortie qui provoque un moment très fort, puisqu’il y a vraiment un plaisir sensuel à toucher et à voir les couleurs. C’est comme dans un rêve», ajoute celle qui participe au Festival Twist depuis le tout début et qui n’avait que de bons mots à dire à son sujet.

Mme Barbeau raconte que des gens faisaient la file pour se procurer la laine française «La Bien-Aimée» à son kiosque quelques heures avant l’ouverture du festival. La propriétaire Montréalaise a réussi à obtenir 400 pelotes de cette laine tant convoitée exclusivement pour Twist. «C’est vraiment quelque chose qui est difficile à se procurer, puisque c’est produit à Paris par la teinturière Aimée qui a énormément de talent et qui travaille avec des magazines et des designers. Elle a un très grand sens de la fibre et elle utilise des couleurs très contemporaines», estime Mme Barbeau.

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

©Photo TC Media - Louis-Charles Poulin

Il n’y a pas que son kiosque qui a attiré les amateurs d’art textile. Celui de Raphael Kerem qui fabrique des balais à la main depuis plus de 30 ans a été également populaire. «La plupart des personnes ici utilisent de la fibre d’animal, dans le cas de mes balais j’utilise de la fibre de plante. Je dois également faire du tissage pour réaliser une partie de mes balais», dit-il pour expliquer sa présence au festival, bien que son produit se différencie du lot. Savons et fromages à base de lait de chèvre, boutons de bois, ainsi que crème de laine faisaient également partie des nombreux autres produits originaux offerts sur place.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média