Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Société

Retour

22 mai 2018

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Une équipe pour chercher des indices ou des personnes

Cordés un à côté de l'autre, plusieurs policiers s'avancent dans un secteur du boisé du lac Leamy à la recherche d'indices pour une enquête policière. Peu de temps après, d'autres policiers sont partis à la recherche d'une personne perdue dans ce même boisé.

Mardi matin, ces recherches n'étaient pas réelles. Il s'agissait d'un exercice du Service de police de Gatineau pour garder à jour les membres de cette équipe de recherche terrestre qui sont appelés à faire des recherches dans les boisés, en milieu urbain ou sur l'eau.

«On le fait au moins 3-4 fois par année», explique Serge Beaudry, lieutenant à la section Circulation et évènements spéciaux en lien avec ces pratiques. Ces exercices permettent de tester les méthodes dans différentes conditions, comme le soir, l'hiver ou le printemps.

En ce qui concerne le véritable travail de recherche terrestre, le nombre de sorties varie d'année en année. «On n’a aucun contrôle sur les disparitions, les personnes qui s'égarent», indique le lieutenant Beaudry.

Et il est important d'être prêt pour tous les types de sorties puisque l'équipe ne sait jamais ce qui les attend. La recherche en forêt, en milieu urbain ou sur l'eau a des enjeux propres, affirme Serge Beaudry. «Les trois types sont équivalents en termes de sorties», ajoute-t-il.

En ce qui concerne la recherche d'indice, elle a aussi ses enjeux propres selon le type d'indices recherchés. Le plus important pour les policiers est de traiter méticuleusement chaque parcelle du quadrilatère pour trouver le plus d'indices possible. C'est pourquoi ils sont souvent épaule à épaule et avancent lentement.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média