Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

22 août 2018

La restauration de l’église de Montebello se poursuit

église Montebello

©La Petite-Nation - Louis-Charles Poulin

Des travaux auront lieu pour solidifier la structure de l’église de Montebello de façon permanente.

BÂTIMENT. Après une première phase d’urgence pour soutenir temporairement la toiture, une deuxième phase de travaux sera entamée à l’église Notre-Dame-de-Bonsecours pour solidifier la structure de façon permanente.   

L’an dernier, le gouvernement du Québec avait donné 225 000 $ pour la réalisation de la phase 1. Cette fois ci, c’est 362 000 $ que reçoit la paroisse de Notre-Dame-de-Bonsecours du programme d’aide à la restauration du patrimoine culturel à caractère religieux. C’est ce qu’a annoncé le député de Papineau, Alexandre Iracà, en conférence de presse. «Cette église est un formidable héritage que nous devons préserver et transmettre aux générations futures.»

Pierre Ippersiel, chargé de projet pour les travaux de l’église au sein de la Fabrique, est du même avis que M. Iracà. Pour lui, l’église Notre-Dame-de-Bonsecours représente «le cœur du village» de Montebello et il est impératif de la sauvegarder même si l’ensemble des travaux devrait s’élever à environ 1 million $, dit-il, en parlant également d’une troisième phase qui inclurait le remplacement des 88 fenêtres du lieu de culte construit en 1895. La phase 2, qui consiste principalement à remplacer les piliers de métal par des colonnes permanentes et à installer une structure métallique au grenier pour empêcher l’effondrement du toit, devrait s’amorcer en octobre.

«La volonté de garder le bâtiment est ferme. On n’envisage pas la démolition du bâtiment, ça c’est sûr », souligne M. Ippersiel qui félicite la communauté qui a amassé plus de 150 000 $ dans la dernière année pour assurer une partie des travaux pour conserver cette église construite par Napoléon Bourassa. M. Ippersiel informe qu’un souper spaghetti a permis d’amasser tout près de 10 000 $, un donneur anonyme a offert 10 000 $, Kenauk Nature a donné 20 000 $, une vingtaine de familles ont signé chacune un chèque de 1000 $ en raison de l’engagement d’un mécène anonyme qui va doubler l’argent donné par les familles du village, la municipalité de Notre-Dame-de-Bonsecours a octroyé 6000 $ et la famille Bourrassa a fait un don de 3000 $.

Une fois la restauration du bâtiment religieux complètement terminée, d’ici environ deux ans, l’église devrait être cédée à la municipalité et sa vocation principale devrait être appelée à changer. Un comité a été formé afin de se pencher sur l’avenir du bâtiment. «On veut s’inspirer de nombreuses expériences qui se sont faites ailleurs au Québec. Il y a 40 églises par année qui ferment au Québec, donc il y a plein d’expériences sur lesquelles on peut s’influencer. On ne part pas à zéro», conclut M.Ippersiel.

Publicité

Défiler pour continuer

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média