Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

11 Juillet 2018

Yannick Boursier - yboursier@lexismedia.ca

Martin Lajeunesse proposera 2 arénas à l’Est

Plan de déploiement des arénas

©Le Gatineau Express- Yannick Boursier - Info07

Alors que le nouveau plan de déploiement des arénas de Gatineau prévoit un nouveau projet de deux glaces dans l’Est, le conseiller municipal, Martin Lajeunesse, veut revenir à la charge avec deux arénas séparés pour chaque secteur.

Le conseiller du district de Buckingham entend proposer une nouvelle solution qui prévoit le maintien de l’aréna de Masson-Angers et la démolition de celle de Buckingham pour une reconstruction d’un nouvel édifice près de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin.

Ce dernier estime que l’ajout d’une patinoire près de l’établissement scolaire en lien avec les autres équipements, comme la piscine et le terrain synthétique, permettra d’avoir un pôle sportif.  

En plus d’une glace communautaire, le nouveau projet pourrait aussi avoir un espace pour le curling pour ajouter plus de glaces pour ce sport, estime M. Lajeunesse.

Lors des discussions sur le Plan de déploiement des arénas, cette possibilité avait été regardée, mais le conseil avait voté pour le nouveau projet de deux glaces. Questionné sur ce changement, Martin Lajeunesse indique avoir regardé le projet avec plus de recul.

En temps normal, la Ville devrait aller en appel d’intérêt cet automne pour sonder les personnes intéressées à faire un projet de deux glaces dans l’Est. Mais Martin Lajeunesse n’est pas prêt à aller de l’avant. «Il y a encore du travail à faire pour l’aréna dans l’Est, affirme le conseiller. Je ne suis pas pressé qu’on lance l’appel d’intérêt. Je veux travailler le dossier. Mais je vais revenir cette année.»

Pire scénario

De son côté, le conseiller de Masson-Angers, Marc Carrière, estime que cette solution serait le pire scénario possible. Président de la Commission des sports au moment des discussions sur ce plan, M. Carrière affirme que ça va à l’encontre de la volonté du conseil.

«C’était clair que l’objectif du plan de déploiement était de réduire les coûts d’exploitation, mentionne-t-il. Une glace, un bâtiment, ça coûte plus cher aux citoyens.»

«Si on ne peut pas innover, on fait erreur, ajoute-t-il. Il faut avancer, il faut arrêter de faire du surplace.»

La volonté de la Ville, rappelle-t-il, est de trouver des partenaires intéressés à réaliser et gérer les arénas. Personne ne sera intéressé par un projet d’une seule glace puisque ce n’est pas rentable, soutient Marc Carrière.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média