Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

12 Juillet 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

Solargise pourrait investir 2,3 milliards $ à Thurso

©La Petite-Nation - Louis-Charles Poulin - Info07

La Ville de Thurso est dans la course afin d’attirer l’entreprise Solargise qui compte investir 2,3 milliards $ où elle va s’installer pour bâtir une nouvelle usine.

PROJET. L’entreprise étrangère Solargise, spécialisée dans les énergies propres, souhaite construire un nouveau campus de 2,3 milliards $ et le Parc industriel régional vert de Papineau (PIRVP), à Thurso, figure parmi les endroits considérés.

C’est ce qu’ont confirmé diverses sources au journal La Petite-Nation. Le projet de 2,3 milliards $ de l’entreprise britannique vise la transformation du sable en énergie grâce à des panneaux solaires sans plastique fait en verre. Solargise détient déjà des ententes de principe en Inde pour la vente de 2,5 gigawatts d’énergie, mais pour cela il lui faut une usine. Le Club de golf Métropolitain Anjou à Montréal est le «plan A» de l’entreprise pour le moment, mais sa volonté de s’installer à cet endroit entre en conflit avec un autre projet envisagé sur le site. Solargise pourrait aussi se tourner vers l’Ontario ou vers un emplacement ciblé à Valleyfield. La municipalité qui accueillera l’entreprise verra entre 800 et 1000 nouveaux emplois directs se créer sur son territoire.

Pierre Langlois, du Cabinet de relations publiques National qui est impliqué avec Solargise dans ce projet, confirme que Thurso est bel et bien dans la course. Il mentionne que l’emplacement proposé à Thurso répond à la majorité des critères recherchés, dont la superficie demandée de 200 acres. Il reste à confirmer si Hydro-Québec est en mesure de fournir 550 mégawatts à l’entreprise à Thurso pour produire ses lingots de polysilicone, informe-t-il. «Pour ce qui est des terrains proposés à Thurso c’est positif, mais il faut s’assurer de pouvoir amener l’un des ingrédients qui est le plus important dans le processus qui est ce 550 MG. Ce qui nous plaît aussi avec Thurso c’est la proximité avec Ottawa, car il y a des maillages qu’on doit faire au niveau universitaire pour la recherche et le développement. Si Hydro-Québec peut nous confirmer l’accès à 550 MG, ça nous fait un site qui devient très concret», mentionne-t-il.

Le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon, qui fait du développement économique son «cheval de bataille», aimerait beaucoup accueillir Solargise sur son territoire. Selon lui, Thurso «a les atouts pour essayer de les attirer» et l’entreprise se montre réellement intéressée. «Ils nous relancent et nous posent des questions», dit-il en soulignant que sa localité respecte les conditions exigées par l’entreprise, notamment, d’avoir un chemin de fer à proximité. «On est capables de se démarquer autant que les grandes villes pour attirer des projets comme ça chez nous», croit-il. M. Lauzon informe que des rencontres concernant ce dossier sont prévues prochainement.

Du côté d’ID Gatineau, qui accompagne la municipalité de Thurso dans ses démarches, on se montre également optimistes quant à la possibilité que ce projet se concrétise dans la région. Le directeur général d’ID Gatineau, Jean Lepage, juge que «la proposition de Thurso est une bonne proposition» et que le «projet compétitionne de façon très avantageuse l’est de Montréal» pour l’obtention du campus. «Thurso est à proximité de Gatineau, donc on va pouvoir trouver de la main-d’œuvre […] On propose des terrains vraiment intéressants le long de l’autoroute 50 […] On est à proximité de la voie ferrée […] On a la capacité ici dans la région pour pouvoir satisfaire la quantité d’électricité nécessaire», énumère M. Lepage qui estime que des impacts positifs se feraient ressentir dans tout l’Outaouais avec la réalisation d’un tel projet à Thurso.   

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média