Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 Août 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

Hydro-Québec affirme pouvoir alimenter Solargise

Thurso

©La Petite-Nation - Louis-Charles Poulin

Hydro-Québec dit être en mesure de raccorder à son réseau le projet de l’entreprise Solargise s’il s’implante à Thurso.

ÉLECTRICITÉ. Hydro-Québec dit être en mesure de raccorder à son réseau le projet de l’entreprise Solargise s’il s’implante à Thurso, mais l’entreprise britannique semble finalement avoir jeté son dévolu sur Salaberry-de-Valleyfield pour s’installer.

Que ce soit à Montréal, à Salaberry-de-Valleyfield, à Thurso ou ailleurs dans la province, Hydro-Québec fait savoir qu’elle a la capacité de fournir en électricité l’usine de panneaux solaires de 2,3 milliards $ de Solargise qui créerait  environ 1000 emplois dans le secteur où elle se fera. «Toutefois, selon le lieu où Solargise décidera d’implanter son usine, il peut y avoir des caractéristiques techniques qui entraîneront des coûts supplémentaires qui devront être assumés par Solargise, et non par l’ensemble des clients d’Hydro-Québec. C’est une question d’équité envers nos clients», précise la Société d’État.

Cependant, l’idée de s’implanter à Thurso semble avoir été mise de côté pour le moment par Solargise, puisque celle-ci a seulement fait des demandes pour une étude de raccordement pour sa future usine auprès d’Hydro-Québec pour les sites de Montréal et de Salaberry-de-Valleyfield. «On n’a pas reçu de demande pour Thurso, donc nous n’avons pas étudié de données techniques pour ce site puisque nous n’avons reçu aucune demande de Solargise», indique Louis-Olivier Batty, porte-parole d’Hydro-Québec.

Le maire de Thurso et préfet de la MRC de Papineau, Benoit Lauzon, aimerait bien qu’une demande se fasse pour évaluer la situation de sa municipalité. «De dire qu’ils peuvent alimenter tous les sites du Québec c’est une chose, mais à partir de où va partir la ligne pour nous desservir? On ne le sait pas encore. On ne connait pas l’investissement qu’ils vont devoir faire», commente M. Lauzon qui informe avoir demandé une rencontre officielle avec les dirigeants d’Hydro-Québec afin d’en savoir davantage.  

Du côté de Solargise, le porte-parole André Bouthillier indique qu’il y a une signature de protocole d’entente avec Salaberry-de-Valleyfield. «Les négociations avec cette ville pour l’acquisition d’un terrain se poursuivent», précise-t-il. Est-ce que cela veut dire que Solargise abandonne l’idée de possiblement s’établir à Thurso? «On ne regarde pas ailleurs que Valleyfield pour l’instant. On a un pas de fait avec Valleyfield, mais il faut étudier la faisabilité du projet sur un terrain à Valleyfield. Il y a aussi des discussions pour l’acquisition du terrain. Solargise a décidé d’aller un peu plus loin avec Valleyfield et il faudra voir ce que ça va donner», répond M. Bouthillier. Advenant que les démarches avec Salaberry-de-Valleyfield ne mènent à rien, l’entreprise regardera à «Thurso ou ailleurs» pour réaliser son projet.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média