Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Actualités

Retour

29 Août 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

La CSCV prend un «risque» avec L’Ange-Gardien

Demande d’une nouvelle école

©Le Bulletin - Louis-Charles Poulin

La Commission scolaire au Cœur-des-Vallées (CSCV) veut maintenant construire sa nouvelle école primaire à L’Ange-Gardien et abandonne l’idée de bâtir à Buckingham.

DÉCISION. Dans un vote où six commissaires se sont opposés et six se sont montrés favorables, le président de la CSCV, Éric Antoine, a utilisé son vote prépondérant pour donner le feu vert à l’envoi d’un dossier, au Ministère de l’Éducation, pour l’érection d’une nouvelle école primaire à L’Ange-Gardien.

Ce qui veut dire que le dossier concernant la construction d’une nouvelle école à Buckingham, qui a été refusé par le gouvernement dernièrement, ne sera pas envoyé de nouveau au Ministère. Cependant, la demande d’ajout d’une école à L’Ange-Gardien de la Commission scolaire au Cœur-des-Vallées (CSCV) se verra incomplète en raison d’un manque de temps, puisque les démarches ont été entamées depuis peu entre la CSCV et la municipalité, pour réaliser les études environnementales et géotechniques nécessaires avant la date butoir du 14 septembre pour acheminer une demande à Québec. C’est le maire de L’Ange-Gardien, Marc-Louis Seize, accompagné de deux conseillers de sa municipalité, Luc Prudhomme et Martin Prescott, qui étaient présents à la séance des commissaires, qui ont révélé aux élus scolaires ces éléments avant le vote décisif.
 

L'Ange-Gardien

©Le Bulletin - Louis-Charles Poulin

Un terrain qu’a la possibilité d’acquérir L’Ange-Gardien a été ciblé près du chemin Vol-à-Voile et un architecte a confirmé la capacité d’y construire un établissement scolaire de deux classes préscolaires et douze classes de niveau primaire, indique tout de même le maire. Celui-ci souligne que son conseil devra évaluer le coût relié aux études et à la réalisation du projet avant de sauter à pieds joints, mais que la volonté est profonde d’accueillir une école dans la localité. «On va regarder les coûts qui nous restent à valider et on va tenir la CSCV au courant des développements», dit M. Louis-Seize qui s’est dit surpris par l’issue du vote en faveur de sa municipalité.  

Malgré les incertitudes quant à la faisabilité du côté de la municipalité, M. Antoine et cinq autres commissaires ont voté de sorte que la demande envoyée au Ministère concernera L’Ange-Gardien au détriment de Buckingham. Malgré cela et que le dossier pour une nouvelle école à L’Ange-Gardien aura des informations manquantes et sera moins bien ficelé que celui de Buckingham au point de vue administratif, M. Antoine est d’avis qu’il sera mieux reçu d’un point de vue politique à Québec. «Je crois qu’on peut plus facilement vendre le site de L’Ange-Gardien que Buckingham pour plusieurs. Le contexte de L’Ange-Gardien est plus propice à l’apprentissage et la vitalisation des milieux ruraux fait une grande différence au niveau des élèves», soutient-il. «On va envoyer un dossier non complet qui est sous l’imputabilité du conseil de L’Ange-Gardien», reconnait le président en ajoutant qu’il y avait aussi des risques à renvoyer le dossier concernant Buckingham, selon lui.

©Le Bulletin - Louis-Charles Poulin

Six commissaires ont voté pour la résolution demandant au Ministère de l'Éducation une nouvelle école à L'Ange-Gardien à la place d'opter de nouveau pour Buckingham.

En cette rentrée scolaire, ce sont 6229 élèves qui se retrouvent sur les bancs d’école de la CSCV. Dans les prochaines années, on prévoit que 450 élèves supplémentaires s’ajouteront et les locaux sont pratiquement inexistants pour les accueillir. Cela fait en sorte qu’une nouvelle école doit apparaître sur le territoire de la CSCV le plus rapidement possible, ont indiqué les élus scolaires. C’est ce qui explique principalement pourquoi la moitié des commissaires ont voté contre la résolution de L’Ange-Gardien de peur qu’elle ne se fasse refuser, puisqu’elle est incomplète, ce qui engendrerait un délai plus long pour la construction future d’une école.

C’est le cas, notamment, du commissaire Daniel Cooke qui aurait préféré ne pas «gambler» en envoyant celui qui sera finalement acheminé et opter pour le dossier de Buckingham qu’il jugeait «complet» et «mieux ficelé».  Un point de vue partagé également par le commissaire Marc-Olivier Bisson. «C’est un risque que je considère dangereux pour l’organisation scolaire […] Je trouve très déraisonnable d’aller déposer un projet de construction d’école incomplet pour aller rivaliser avec l’ensemble du Québec», a-t-il confié avant le vote. «Je ne peux pas me permettre de prendre ce risque-là en ce moment», avait aussi commenté le vice-président de la CSCV, Sylvain Tremblay, avant le vote. Celui-ci a tout de même indiqué qu’il allait se rallier à la décision qu’a prise la majorité.

Une fois le dossier entre les mains du Ministère de l’Éducation, celui-ci devrait rendre sa décision concernant le projet d’une nouvelle école primaire à L’Ange-Gardien d’ici la fin de l’année scolaire.

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média