Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Politique

Retour

01 Septembre 2018

Louis-Charles Poulin - lcpoulin@lexismedia.ca

Lacombe s’engage à «travailler fort pour Papineau»

Mathieu Lacombe

©La Petite-Nation - Louis-Charles Poulin

Le candidat de la CAQ, Mathieu Lacombe, a lancé sa campagne, à Masson-Angers, le 1er septembre.

ÉLECTIONS. Le candidat de la Coalition Avenir Québec (CAQ), Mathieu Lacombe, invite les électeurs qui en ont assez du règne Libéral dans Papineau à voter pour lui le 1er octobre.

Mathieu Lacombe n’est pas impressionné par le bilan des libéraux en Outaouais et c’est ce qui l’a poussé à se présenter comme candidat. «Lorsque j’étais journaliste, je voyais ce qui se passait dans la région. J’avais beaucoup de difficulté à rester sur le banc et à regarder passer la parade. J’avais envie d’être dans la parade, car je n’étais plus capable de voir le gouvernement libéral prendre l’Outaouais pour acquis», a-t-il indiqué lors de son lancement de campagne.   

«C’est vraiment le temps d’envoyer à Québec des élus qui veulent se battre pour la région et défendre Papineau et qui ne vont pas toujours défendre envers et contre tous leur parti politique», a martelé M. Lacombe qui accuse le député sortant de Papineau, Alexandre Iracà, de représenter les intérêts de son parti avant ceux de ses concitoyens de Papineau. «Ce que je m’engage à faire pour les gens de Papineau, c’est de les représenter», promet la caquiste.

«Je vais me battre pour qu’on ait enfin accès aux investissements qu’on a droit.» Selon lui, en injectant plus d’argent en santé dans la région, cela permettrait d’attirer des professionnels dans ce domaine et d’améliorer l’accès aux soins, notamment, à l’urgence du CLSC de Saint-André-Avellin pour qu’elle puisse ouvrir sept jours par semaine. «Il faut absolument régler ça. C’est primordial.»

Concernant les récentes attaques de M. Iracà qui estime que la CAQ propose des engagements irréalisables, M. Lacombe n’est pas d’accord. «Quand j’ai entendu M. Iracà parler d’extraterrestres et de référendum, je me suis dit que je lui laisserais parler de ces vieux sujets-là. De mon côté, je vais me concentrer sur une campagne d’idées», conclut le candidat qui affirme ressentir «un vent de changement» sur le terrain en sa faveur.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média