Faire travailler ses neurones pour faire le vide

Michel
Michel Moyneur
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Tout le monde a déjà reçu les conseils d’un entraîneur à un moment ou un autre dans sa vie. Si le terme «coach» est plus souvent qu’autrement associé au monde du sport, certains se spécialisent dans le neuro-coaching, comme Rachel Leduc.

Faire travailler ses neurones pour faire le vide

Axé sur la quête de connaissance de soi, le concept encore peu connu chez nous l’est toutefois beaucoup plus du côté du continent européen. Agissant comme une sorte d’exutoire, la formation donnée par Rachel Leduc sert principalement à passer par-dessus divers problèmes intérieurs dont certains cherchent la solution pour s’en départir. «C’est un moyen d’intervention pour apprendre à déprogrammer ce qu’on a à l’intérieur de nous-mêmes. Pour enlever tous les mauvais souvenirs qu’on transporte souvent depuis notre enfance», explique la principale intéressée. «Par des sessions de groupe et individuelles, on fait une prise de conscience par la visualisation. Les gens sont plongés dans un état de semi-hypnose pour qu’ils puissent apprendre à aller à l’intérieur d’eux, afin de trouver les réponses qu’ils recherchent», dit-elle.

Avec une clientèle composée principalement de femmes âgées de 35 ans et plus, l’une des 15 neuro-coach au Québec explique que les individus ont rarement besoin de regarder bien loin pour "retrouver la paix intérieure". «Les gens veulent les outils pour se libérer de leur passé et avoir un épanouissement au niveau de la relation corps-âme-esprit. Souvent, ils se posent des questions et demandent conseil à Pierre-Jean-Jacques, mais les réponses on les a toutes. Il suffit seulement de savoir comment aller les chercher», explique Mme Leduc, qui figure parmi une courte liste de huit personnes à pouvoir enseigner le concept au pays.

Durant six mois à défaut d’un week-end par mois, les participants à la formation aborderont plusieurs volets à l’intérieur d’ateliers. Ainsi, des sujets tels que l’amour et l’estime de soi, la confiance en soi, comment lâcher prise sur son passé, le stress et le burnout, l’anxiété, la méditation et les chakras, l’autonomie, les capacités et valeurs et l’adaptation aux changements de la vie seront approchés de manière à ce que les résultats souhaités soient obtenus de manière efficace. «En six mois, il y a des gens qui font un virage à 180 degrés avec leur vie. Souvent, ils réalisent qu’ils ne vivent pas une relation saine, qu’ils n’exercent pas le bon travail, etc. Mais il faut vraiment être prêt à travailler sur soi-même et se regarder le nombril. Il faut vraiment le vouloir», met en garde Mme Leduc.

Organisations: Conseil à Pierre-Jean-Jacques

Lieux géographiques: Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires