Sections

Ramsurun avait enroulé ses victimes dans des couvertures


Publié le 18 avril 2017

©Facebook

Après les avoir présumément assassinés, Shakti Ramsurrun a enveloppé son ex-conjointe et ses parents dans des couvertures de flanelle, les a placés sur le sol de la cuisine, puis a quitté la résidence d’Aylmer en compagnie de son jeune fils.

Le premier policier à s’être pointé au 64, rue Félix-Leclerc l’après-midi du 24 mai 2012 est venu raconter au jury lundi à quelle scène d’horreur il a été confronté en pénétrant à l’intérieur de la maison.

C’est à 13h15 que l’agent Shawn Lafleur du Service de police de Gatineau a entendu sur les ondes radio qu’un meurtre était possiblement en cours à cette adresse du secteur qu’il patrouillait cette journée-là.

Ramsurrun venait alors de débarquer au Club de golf Rivermead avec son jeune fils, racontant à ses collègues de travail que des hommes masqués avaient tenté de voler son enfant la veille et qu’ils avaient assassiné sa famille.

Arme de service à la main, le policier a d’abord fait le tour de la maison pour s’assurer de l’absence de danger, puis a aperçu les trois corps gisants en s’approchant de la porte-patio donnant sur la cour arrière.

«J’ai demandé à un voisin qui travaillait sur son terrain s’il avait vu ou entendu quelque chose. Il m’a répondu que non et qu’il était à l’extérieur depuis 10h», a raconté l’agent en salle de cour.

D’un solide coup de pied, il a enfoncé la porte pour pénétrer à l’intérieur.

«Je me suis introduit avec mon arme à la main. Je me suis identifié en tant que policier et j’ai demandé si quelqu’un avait besoin d’aide.»

Ni une ni l’autre des victimes ne présentait de pouls. Qui plus est, chacune avait la peau bleutée et rigide, a relaté le policier.

«Je n’ai pas ouvert les couvertures au complet. J’ai seulement exposé leur visage» jusqu’à l’arrivée des ambulanciers, a-t-il poursuivi.

«Ce qui m’a frappé c’est qu’il n’y avait presque pas de sang sur les draps», malgré les graves blessures infligées à l’homme et aux deux femmes, a souligné le jeune agent.

Anne-Katherine, l’ex-conjointe de l’accusé, «avait été plus préservée» que sa mère et son beau-père. «Un manteau de fourrure avait été placé sous sa tête pour son confort», a relaté le témoin de la poursuite.

La jeune femme de 20 ans avait récemment annoncé à Ramsurrun la fin de leur relation amoureuse, après avoir découvert qu’il entretenait une relation à distance avec une ancienne flamme.

L’homme natif de l’Île Maurice aujourd’hui âgé de 33 ans s’était établi chez sa belle-famille afin d’élever son fils en compagnie de celle de qui il était tombé amoureux lors d’une croisière dans les Caraïbes. Il travaillait alors comme serveur sur ledit bateau.