Sections

Les olympiens volent la vedette au Gala Excellence Outaouais


Publié le 20 juin 2017

HONNEURS.. Sous la thématique du Mont Olympe avec le logo, des Jeux olympiques et les médailles en guise de prix, il allait de soi que les olympiens gatinois brillent au premier Gala Excellence Outaouais à l'école secondaire du Versant.

Créée à partir de l'union des notoires Galas Méritas et Loisir sport Outaouais, l'unique soirée de reconnaissance pour le monde sportif de la région ne pouvait passer sous silence les exploits de Rio 2016.

C'est la deuxième fois que je vais chercher un prix pour lui en deux mois. Il a été mon entraîneur sur l'équipe canadienne pendant plusieurs années et c'est sûr que c'est émotionnel pour moi. Je suis tellement fier de lui.

Nicholas Hoag

Après un été à vibrer au rythme de l'aventure brésilienne, les olympiens d'ici ont été récompensés à leur juste valeur. Trois fois, le volleyeur Nicholas Hoag est monté sur la scène pour repartir avec une plaque.

Pièce-maîtresse de l'équipe nationale de volleyball masculin qui s'entraîne au centre sportif, l'attaquant de 24 ans a aidé le Canada à terminer au 5e rang à Rio, après une longue absence au Jeux olympiques.

Sous les ordres de son père Glenn, la formation de l'unifolié a brillé et s'est imposé sur la scène internationale. Récemment, elle s'est qualifiée pour le tournoi ultime de la Ligue mondiale, qui réunit les six meilleurs pays de la planète.

«C'est une belle soirée pour le volleyball. Avec tout ce qu'on a fait récemment, on a un bon groupe pour les prochaines années. Cette soirée a aussi un cachet spécial. J'habite à Gatineau depuis que j'ai fini le cégep et ma copine est d'Ottawa», a indiqué celui qui avait en sa possession les titres d'Athlète international masculin et d'Équipe de l'année.

En l'absence de son paternel, Nicholas avait aussi en mains le prix Entraîneur de l'année remis par la Fondation Pat-Burns. Difficile pour les autres lauréats de livrer opposition à cet ancien joueur professionnel, qui en huit ans à Gatineau, à placer le Canada comme une puissance mondiale.

«C'est la deuxième fois que je vais chercher un prix pour lui en deux mois. Il a été mon entraîneur sur l'équipe canadienne pendant plusieurs années et c'est sûr que c'est émotionnel pour moi. Je suis tellement fier de lui», a ajouté Nicholas Hoag.

Sans surprise, Natasha Watcham-Roy a décroché le titre d'Athlète international féminin, elle qui a fait partie de la mouture canadienne qui a remporté le bronze à Rio en rugby à sept. Le club dirigé par John Tait est sans contredit dans le top-3 des nations les plus redoutables avec le ballon ovale.

Les sports d'hiver ont aussi fait leur place dans ce gala avec la fondeuse Katherine Stewart-Jones (athlète national féminin) et le skieur acrobatique Félix-Bertrand (athlète provincial masculin).

Appelée à quelques reprises sur l'équipe nationale pour les compétitions internationales, Katherine aspire aux Jeux olympiques de 2018 à Pyeongchang. Quant à Félix, le produit de Saint-André-Avellin de 13 ans s'est fait un nom en étant l'un des plus jeunes à percer la troupe québécoise.

Les performances de la dernière année du joueur de baseball Pierre-Olivier Avoine (athlète national masculin) et de la triathlète Kamille Larocque (athlète provincial féminin) ont aussi retenu l'attention. Le premier fait partie des meilleurs espoirs au pays tandis que la deuxième, seulement âgée de 16 ans, a gagné les grands honneurs à la série Grand Prix, qui regroupe des athlètes jusqu'à 19 ans.

Il faudra aussi surveiller Jade Perrier dans le futur. La jeune plongeuse a un avenir prometteur.

À ça, s'ajoutent les bourses de Slush Puppies qui ont fait six heureux auprès des athlètes.

Au total, 82 finalistes dans 16 catégories ont été honorés alors que 22 600$ ont été remis en bourse lors de cet événement géré d'une main de maître par le CDSG.

Un hommage et un prix à son nom

Depuis bientôt deux semaines, on lui a lancé des fleurs, mais une dernière surprise attendait Lise Waters. Si l'hommage au bâtisseur lui a été décerné, on a voulu l'honorer une dernière fois en grand.

Après 50 années comme bénévole, l'ancienne présidente de Loisir sport Outaouais sera immortalisée à travers le Gala Excellence Outaouais. L'hommage au bâtisseur sera dorénavant appelé le prix Lise Waters.

Par ailleurs, le comité organisateur a aussi rendu hommage à Gilbert Jolin, qui a longtemps été engagé au sein du Gala Méritas et du Mérite hullois.

Les autres lauréats de la soirée

  • Emmanuelle Bourbeau (officiel)
  • Mathieu Séguin (intervenant)
  • Johanne Demers (gestionnaire)
  • Chantal Leblanc (bénévole)
  • Les Internationaux de tennis de Gatineau (organisme)
  • Festival western Saint-André Avellin (événement)
  • Les nombrils de la semaine (projet)