Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Jeux du Québec

Retour

14 février 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Jeune, l'Outaouais pourrait surprendre

HOCKEY FÉMININ. Il y en a pour qui les Jeux du Québec sont une aventure de quelques jours. Pour Martin Bédard et ses filles, ça dure depuis des mois. Depuis le printemps dernier pour être plus précis.

L'entraîneur de hockey féminin travaille sans relâche avec ses protégées depuis avril. À la fin des pré-camps deux mois plus tard, on a choisi les filles qui joueraient ensemble pendant toute une année.

Du jamais vu. Normalement, l'Outaouais est formée de joueuses de différentes équipes. On allait les chercher chez les garçons, dans quelques clubs A ou B et quelques semaines avant les Jeux, les entraînements débutaient.

Cette année, pour l'aventure québécoise qui se déroulera à Alma durant la semaine de relâche, on a changé la donne. On a décidé de mettre sur pied un club élite: bantam AA purement féminin.

La région a aligné des formations AA au niveau midget, mais à l'automne, on a ajouté le pee-wee et le bantam à la liste, dont cette dernière serait l'équipe pour les Jeux du Québec.

Premier constat? Elle est jeune. Très jeune.

«J'ai 11 filles de 13 ans et cinq de 14 ans. Quand tu regardes ailleurs, tu vois que les autres régions auront à 90% des filles de 14 ans. Ça fait une différence», reconnaît-il.

On pourrait croire que Martin Bédard est défaitiste. C'est tout le contraire.

On est une jeune équipe, mais on s'améliore et on se développe. Les entraîneurs, on ne regarde pas la colonne des victoires, mais la façon que les filles compétitionnent. -Martin Bédard, entraîneur-chef

Les Express de la Vallée-de-Gatineau, son équipe, ne cessent de progresser. En novembre, elles ont empoché l'argent au tournoi de Gatineau. Un mois plus tard, elles ont tenu tête aux meilleures formations au Challenge de Laval. Idem en janvier à Sherbrooke.

«On est une jeune équipe, mais on s'améliore et on se développe. Les entraîneurs, on ne regarde pas la colonne des victoires, mais la façon que les filles compétitionnent.»

«En ce moment, notre force est à la ligne bleue et devant les buts. On est excessivement solides. Notre lacune est pour trouver le fond du filet. On marque nos buts grâce à un effort collectif. Il n'y a pas une joueuse qui est une game-changer», a ajouté Bédard.

Depuis avril, ce groupe d'adolescentes se retrouve à s'entraîner quatre fois par semaine. La moitié de leurs entraînements sur la glace, l'autre moitié au centre d'entraînement RingFit où on développe force, impulsion, etc.

«Elles ont un programme spécifique pour développer leur force musculaire sans utiliser des poids ou des haltères. Ce sont des entraînements faits pour elles», a précisé celui qui s'est entouré d'une équipe d'entraîneurs.

Pour lui, ce n'est pas juste son équipe. Tout le monde met son grain de sel, que ce soit Anne Tessier ou Richard Jamieson, qui passe dix heures par semaine dans sa voiture à faire le trajet de la Petite-Nation afin de se rendre aux entraînements des Express.

Martin Bédard ne cache pas qu'il aimerait bien ramener une médaille dans ses valises, mais ne veut pas s'imposer cette pression supplémentaire et inutile.

Il en sera à ses deuxièmes Jeux du Québec. Il sait que ça ne prend pas grand-chose pour voir ses espoirs de podium s'envoler en fumée. Même si l'Outaouais était la grande favorite, une défaite et elle pourrait se retrouver à jouer pour la 12e position.

C'est pour ça qu'il s'est fixé un objectif: sortir de son pool. Par la suite, tout peut arriver.

Ce projet de former une équipe à temps plein se prolongera jusqu'en avril prochain avec la Coupe Dodge. Une autre compétition d'envergure alors que les joueuses seront épiées pour les programmes provinciaux d'Équipe Québec.

Et selon lui, laquelle les filles préfèrent? La notoriété des Jeux ou le prestige de la Coupe? «La Coupe Dodge, tu peux y retourner souvent, les Jeux du Québec non. Ça ne revient pas à toutes les années», a-t-il conclu.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média