Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Jeux du Québec

Retour

14 février 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Mathias Dupuis soulèvera l'Outaouais à Alma

Une première en plus de 20 ans pour la région

HALTÉROPHILIE. Quand Mathias Dupuis a décidé de se mettre aux poids et aux haltères de manière plus assidue à l'automne, il ignorait qu'il écrirait une page d'histoire quatre mois plus tard.

À défaut d'aller aux Championnats canadiens à Québec comme plusieurs de ses camarades de Beaudoin Karaté, cet adolescent de 14 ans pourra se consoler: il ira aux Jeux du Québec.

Mais ce ne sera pas dans un art martial alors que le karaté ne fait plus partie de la programmation de la compétition provinciale. Ce sera plutôt en haltérophilie.

Comment on passe du karaté à l'haltérophilie?

«Francis m'a invité à en faire afin d'améliorer ma force dans mes jambes et mon explosion. Il m'a ensuite parlé des Jeux du Québec. Ça me tentait d'y aller», a lancé Mathias alors que la région n'a pas eu de délégation depuis fort longtemps.

Le Francis en question, c'est Francis Desgagnés, son entraîneur en haltérophilie. Celui-ci le guide dans ses séances au Club Pur-Sang de Gatineau.

L'élève de secondaire deux à la polyvalente Nicolas-Gatineau a donc amorcé l'haltérophilie en novembre. Un mois plus tard, il a pris part à sa première compétition où il a fini sur la troisième marche du podium.

J'ai hâte. Ça va être dans la semaine de relâche. J'aimerais ça dépasser la barre des 100 kg. Et aussi être sur le podium, avoir une médaille. -Mathias Dupuis, 14 ans

Puis, récemment, on lui a confirmé sa place aux Jeux du Québec. Lors de la finale régionale présentée à Lachute, Mathias devait lever au minimum 72 kg pour obtenir son laisser-passer.

«J'ai fait 92 kg», a mentionné le principal intéressé qui savait que son ticket pour Alma, ville hôtesse des Jeux, était dans la poche.

L'Outaouais n'enverra pas une grosse délégation, elle qui n'en a pas envoyé une en plus de 20 ans. Mathias Dupuis sera donc un pionnier pour la discipline sportive dans la classe des 62 kg et moins.

«J'ai hâte. Ça va être dans la semaine de relâche. J'aimerais ça dépasser la barre des 100 kg. Et aussi être sur le podium, avoir une médaille», a ajouté le résident de Cantley.

Aux yeux de Francis Desgagnés, entraîner Mathias n'était pas si compliqué. Son protégé possède déjà des bases en ce qui a trait à la coordination et à l'agilité. Il est aussi habitué de la pression et du stress des compétitions à cause du karaté.

Quand il a invité un groupe d'athlètes à venir essayer l'haltérophilie, il a rapidement vu qu'il y avait du potentiel.

«Les gens pensent que ça prend des gros muscles, mais c'est faux. C'est un sport très technique. Ce qui dépend d'une bonne performance est être capable de réfléchir sur la technique avant d'utiliser sa force de bras», a mentionné Francis qui estime que le jeune dynamophile a de bonnes chances de se retrouver sur le podium.

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média