Carrières Classées Édition Électronique

Recherche

Recherche par terme

Journaliste

Date de parution

_

Catégories

Soccer

Retour

16 février 2017

Antony Da Silva-Casimiro - adasilvacasimiro@lexismedia.ca

Lance Rozeboom, Capitaine Optimisme

©Freestyle Photography

USL. Il y a cinq ans, Lance Rozeboom avait tout qu'un joueur de soccer rêvait d'avoir: une dernière saison de rêve dans les rangs universitaires, nommé dans le top 100 des meilleurs joueurs collégiaux, choisi par une équipe de la MLS et en voie de se frayer une place dès sa première année.

Tout rêve d'athlète, quoi.

Mais l'idylle a disparu avant le début de la saison. Une stupide blessure. Déchirure du ligament croisé au genou gauche. La recrue du DC United a dû passer sous le bistouri, passant toute la saison 2012 sur la touche à regarder ses coéquipiers pratiquer et jouer.

Un peu moins d'un an après sa blessure, la formation de Washington l'a libéré. Il n'a donc jamais disputé une seule rencontre en division 1 en Amérique du Nord.

«Tout arrive pour une raison. Maintenant, je n'y pense plus, je suis heureux. Il y a quelques années, cette pensée aurait traversé mon esprit plus souvent. Si ça n'avait pas été de cette blessure, j'aurais passé à côté de plein de belles choses», a déclaré Rozeboom d'un ton optimiste, qui a justement été nommé capitaine du Fury d'Ottawa.

Car l'athlète de 27 ans est tout le contraire d'une personne négative. Son sourire l'accompagne partout où il passe. Ses coéquipiers dans la capitale américaine le décrivaient de cette manière. Ceux de la capitale canadienne en font de même.

Je me sens chanceux par contre. Oui, je veux jouer au plus haut niveau, mais évoluer ici avec Paul (Dalglish) que je respecte énormément, c'est quelque chose que j'apprécie beaucoup. Et entre ma famille et ma carrière, je choisis ma famille haut la main. -Lance Rozeboom, #25 du Fury d'Ottawa

Mais qu'est-ce qui peut être mieux qu'une carrière professionnelle?

«Ma femme. Je l'ai rencontré quand j'étais blessé. À l'époque, j'étais très concentré sur ma carrière. Je ne sais pas si les choses se seraient déroulés de la même façon si je n'avais pas été blessé», a mentionné le numéro 25 du onze ottavien.

«Je me sens chanceux par contre. Oui, je veux jouer au plus haut niveau, mais évoluer ici avec Paul (Dalglish) que je respecte énormément, c'est quelque chose que j'apprécie beaucoup. Et entre ma famille et ma carrière, je choisis ma famille haut la main», a ajouté celui qui a déjà été classé comme le 37e meilleur joueur qui sortait des collèges américains.

Depuis ce temps, Rozeboom s'est promené sur le continent. D'abord avec les Rhinos de Rochester pendant deux campagnes, puis en 2015 avec l'Aztex d'Austin où il a été le capitaine sous les ordres de Paul Dalglish, qu'il a rejoint l'an dernier.

Ce n'est donc pas étonnant lorsque le Fury d'Ottawa a annoncé jeudi que le milieu défensif polyvalent était le successeur de Julian de Guzman.

Un choix évident surtout compte-tenu de son parcours. Selon plusieurs, Lance Rozeboom était un prodige, un joueur intelligent avec le ballon avec une vision du jeu au-dessus de la moyenne, pouvant s'adapter à plusieurs positions.

On l'a vu d'ailleurs en 2016 lorsqu'il a été appelé à évoluer comme milieu central, milieu défensif, défenseur et même latéral droit.

Peu de gens auraient cru ça venant d'un produit de l'Iowa, un état qui n'est pas reconnu pour développer des joueurs de soccer.

«Il n'y a pas beaucoup de choses qui se passent en Iowa, encore moins pour un joueur de soccer», a souligné en riant l'Américain de 6'1 à la longue chevelure blonde.

Celui qui a mené l'Université de New Mexico, à sa dernière saison universitaire, vers une fiche parfaite jusqu'en huitième de finale du tournoi national se dit cependant être sous une bonne étoile.

«En Iowa, c'est difficile de trouver des joueurs qui veulent vraiment jouer au soccer, mais mon club, Cedar River, en a formé plusieurs bons qui ont été dans la division 1 universitaire comme moi. Je suis juste chanceux d'avoir réussi été dans un des meilleurs programmes de soccer au pays et d'en avoir fait une carrière.»

Commentaires

Inscrivez votre commentaire

Politique d'utilisation Politique de confidentialité

Agence Web - Caméléon Média