Les mises en chantier devraient reculer en 2011

Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Selon les plus récentes prévisions de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), la construction devrait reculer et les ventes de propriétés existantes devraient rester stables à Gatineau en 2011.

Les mises en chantier devraient reculer en 2011.

Après une baisse prévue de 7% cette année, le nombre de mises en chantier devrait reculer d’un autre 7% l'an prochain. Dans le marché de l’existant, les ventes conclues par l’intermédiaire du service MLS accuseront un léger repli de 1,4 % cette année, mais demeureront stables en 2011 pour s'établir à environ 4 275 transactions.

«Ces perspectives moins fortes pour la construction reposent sur un marché de l’emploi chancelant, une érosion du solde migratoire et une augmentation des stocks de propriétés existantes à vendre dans la région», avance Patrice Tardif, analyste principal à la SCHL.

Bien que la baisse attendue des mises en chantier en 2011 touche tous les types de logement, elle sera surtout observable du côté des logements individuels. Les faibles perspectives d’emploi dans la région, et plus particulièrement dans les secteurs économiques les mieux rémunérés, réduiront la demande pour ce produit, généralement plus cher. La rareté des terrains viendra exacerber la situation en exerçant une pression à la hausse sur le prix final des logements neufs, limitant ainsi la demande. Enfin, la tendance à la densification favorisera la construction de logements collectifs, au détriment des maisons individuelles.

Au chapitre des prix, on s’attend à ce que la hausse se poursuive à court terme, mais de façon contenue. En 2011, les vendeurs ne pourront plus profiter de l’empressement des acheteurs observé au début de 2010. L’offre augmentera et les délais de vente se prolongeront, ce qui risque d’éroder l’avantage qu’ils détiennent sur le marché depuis plusieurs années. Ainsi, le prix moyen à Gatineau atteindra 220 500$ en 2011, ce qui représente une progression de 2,4% par rapport au niveau de 2010.

Les forces agissant sur le marché locatif ne devraient pas changer beaucoup en 2011. L’accession à la propriété apportera une certaine détente sur le marché locatif en 2010, tandis qu’une détérioration des perspectives d’embauche et une réduction du solde migratoire positif feront augmenter le taux d’inoccupation en 2011. Ainsi, même s’il  restera bas cette année et en 2011 le taux d’inoccupation des logements locatifs progressera à 2,6% en 2010 et à 2,8% l’année suivante.

Organisations: MLS, SCHL

Lieux géographiques: Gatineau

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires